Du nouveau dans la boutique

 

A LIRE : Entretien par Erwan Perchoc


SHOPPING : ANDREVON A VENDRE



9 Morts par Quelques Nuits d'Hiver
OVNI

Ils sont huit à avoir été invités en plein hiver par leur ancien ami Richard Langlois, un industriel qui a réussi, dans un ancien hôtel isolé en haute montagne, au-dessus de Zermatt, dans les Alpes suisses.

Et voilà que dès la première nuit, l’industriel meurt dans une bourrasque de neige, après une chute vertigineuse dans l’abîme du haut du seul pont reliant l’hôtel à la vallée. Est-ce un accident ? L’angoisse s’installe alors que, peu après, deux nouveaux cadavres viennent éclaircir les rangs des invités.

Sur un pitch devenu célèbre depuis les Dix petit Nègres d’Agatha Christie ou Six hommes morts de Stanislas-André Steeman, un suspens étouffant, avec pour cadre le huis-clos d’une gigantesque bâtisse aux recoins sans nombre isolée par une tempête de neige.

 


Obstinément des femmes des chats et des oiseaux
LE PÉDALO IVRE

Obstinément des femmes des chats et des oiseaux est un recueil tout à fait réussi. Andrevon, écologiste de la première heure, libertaire radical pour qui la littérature d’anticipation avait été un moyen de dire un monde qui courait à sa perte et dont nombre des intuitions se sont révélées d’une justesse étonnante avec le temps, est tout entier dans ce recueil où l’érotisme, la politique, l’amour d’une nature menacée se conjuguent dans des poèmes aux vers courts qui font des staccatos rageurs ou ironiques, un peu à la manière de ces tireurs isolés qui mènent un combat désespéré dans une ville déjà submergée par l’ennemi. Le ciment de toutes ces obsessions ? Le rêve, bien entendu, ce vieux carburant surréaliste qui est aussi une énergie renouvelable à l’infini :

Ce rêve
aux frontières déchirées
ce rêve
aux grands sursauts de truite
ce rêve
qui vient se coller à mes draps
ce rêve au tendre
ma source ma sève
surtout ne me réveillez pas.


 


Le Travail du Furet
ActuSF

Centrum, futur proche. La maladie a été éradiquée par la science. Pour maintenir un certain niveau de vie et éviter la surpopulation, des tueurs mandatés par l'État doivent éliminer 400 000 personnes chaque année. Riche, pauvre, homme, femme, personne n'y échappe. Mais les victimes sont-elles vraiment désignées au hasard ? C'est lorsque le Furet commence à en douter que les ennuis lui tombent dessus... Aura-t-il la force de se rebeller ?

Livre culte, naviguant entre polar et dystopie, Le Travail du Furet est un roman coup-de-poing, sans concession sur les dérives de nos sociétés. Il est ici accompagné de sept nouvelles qui lui font écho et qui sont autant de cris d'alarme pour notre avenir. Retrouvez également, pour la première fois publié, le synopsis du tome 2 qui n'a jamais vu le jour.

Une édition incontournable pour les amateurs d'imaginaire.

 


Les retombées
Passager Clandestin

En 1979, Jean-Pierre Andrevon imagine un coin de France, le jour d’Après.

« Je m’excuse, Monsieur. Je ne peux vraiment rien vous dire. C’est le secret militaire. Croyez bien que seules des raisons de sécurité sont en cause. Il ne faut en aucun cas vous affoler. Nous avons la situation bien en main. Tout danger est écarté dans l’immédiat. Maintenant je dois vous demander instamment de monter dans le camion. Nous ne pouvons pas perdre davantage de temps… »

On ne sait ni où, ni comment, ni pourquoi, mais c’est arrivé. Ces quelques individus épars se sont trouvés dans le brouillard lourd et épais, et se serrent les coudes en attendant d’en savoir plus. Plus sur ce qui s’est passé. Plus sur la réalité des radiations qui les entourent. Plus sur l’avenir du pays. Du monde. Et encore plus sur leur chance de survie. Au bout de leur errance dans la campagne française, certaines réponses ne vont pas tarder à surgir. Paru pour la première fois en 1979, l’année de l’accident de la centrale de Three Mile Island, « Les retombées », nouvelle d’anticipation inquiétante et sombre, offre un scénario possible de la catastrophe nucléaire et de la gestion d’urgence mise en œuvre par les autorités. L’objectif : effacer toute trace de l’accident, faire comme si ce qui n’aurait jamais dû se produire n’avait jamais eu lieu.

 


Et toujours...

Aubes Trompeuses
Clef d Argent

Je suis arrivé à l'orée d'un mail qui n'est plus qu'un tapis d'herbe carbonisé. Sur un banc de pierre, deux formes penchées qui s'accolent évoquent deux amoureux. Dans les deux cas l'arrière du crâne est éclaté à l'identique sur une bouillie d'esquilles, de sang figé, de mèches raidies. Double suicide? Ou est-ce moi qui, lors d'une précédente expédition?... Je ne m'en souviens pas. Et puis quelle importance? L'important, c'est que je trouve quelqu'un. Que je ne sois pas sorti pour rien. Mon temps utile s'écoule. Bientôt, je devrai rentrer.

 


Chères toutes, chers tous.
Eh bien ça y est, après les volume 1, 2 et 3, voici sorti tout chaud du four à brioche mon quatrième CD: "La fille de l'été"
que, pour changer un peu, j'ai enregistré avec la délicieuse Florie.
20 titres de chansons... pour reprendre l'apostrophe jadis collée à mon patron Georges Brassens... "poétiques et souvent gaillardes".

Ci-dessous le morceau-titre, à écouter mais aussi voir, puisque filmé en cours d'enregistrement par mon ami, producteur et accompagnateur de toujours, Sirieix (Bruno Pochesci).

JEAN-PIERRE ANDREVON & FLORIE - La fille de l'été (2014)

Voir sur www.youtube.com

Pour recevoir l'œuvre, il ne vous en coûtera que 12 €. , par chèque postal à mes nom et adresse. Port compris pour un mois à partir du 3 novembre. Port en sus (2, 40 €) ensuite.

Les trois premiers volumes : Je viens d'un pays - Les Gens - Le Cours du temps - sont toujours disponibles au même tarif.
Mais on va faire un effort:
40 € les 4
25 € les trois premiers.

Dernière chose: n'hésitez pas à faire passer l'info à vos amis et correspondant - merci d'avance!



Cette fois ça y est, l’encyclopédie du cinéma fantastique et de science-fiction sur laquelle je travaillais depuis plus de dix ans est enfin sortie du four chez Rouge Profond éditeur : en librairie depuis le 22 novembre, l’ouvrage est à la portée de tous et de toutes les bourses. Enfin presque : mais 69 € pour une somme de 1090 pages, format 23 x 29 et pesant 4, 600 k,  fortement cartonnée, comportant plus de 5000 entrées et 2400 photos, ce n’est pas grand chose. D’autant que (et je peux le dire sans aucune modestie puisque je ne suis pour rien dans le maquettage et le façonnage), la bête est magnifique. Et unique en son genre dans l’édition française. Des présentations et signatures sont prévues dans les mois qui viennent en France, dont vous serez entretenus par les filières habituelles.